Chen Zhen se rappela les vers de Li Bai :

La lune brillante apparaît sur le mont Tianshan

et erre dans la mer de nuages.

De l’espace lointain souffle le vent,

en s’approchant il franchit le col de Jade.

 …

Regardez ces flots du Fleuve Jaune !

Ne descendent-ils pas du ciel et, majestueusement,

Ne roulent-ils pas vers la mer d’une seule coulée ?

Extrait du livre „Le dernier loup“ de Jiang Rong

 

 

L’esprit tournoie de toutes parts et il revient sur lui-même par de longs circuits. Toutes les révolutions entrent dans l’histoire, et l’histoire n’en regorge point; les fleuves des révolutions retournent d’où ils étaient sortis, pour couler encore. (in Panégyrique de G.Debord)

1511201617407

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden /  Ändern )

Google Foto

Du kommentierst mit Deinem Google-Konto. Abmelden /  Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden /  Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden /  Ändern )

Verbinde mit %s