actualités

Qu’avons-nous fait du monde que nous laissons à nos enfants ?

L’univers est matière, lumière, énergie, mouvement, matière noire, et aussi énergie sombre et tout son mystère, ce que nous ne connaissons pas encore. L’univers disparaît, en perpétuelle expansion- on parle de galaxies lancées à des centaines de milliers de km/s ! Une partie d’entre elles, les plus anciennes, finissent par disparaître on ne sait où, ce où étant indéfinissable.Vous avez dit énergie sombre ?

Peut-on dire avec l’historien Guichardi qui vécut la fin de la liberté de Florence ? Toutes les cités, tous les états, tous les royaumes sont mortels; toute chose soit par nature soit par accident un jour arrive à son terme et doit finir; de sorte qu’un citoyen qui voit l’écroulement de sa patrie n’a pas tant à se désoler du malheur de cette patrie et de la malchance qu’elle a rencontrée cette fois; mais doit plutôt pleurer sur son propre malheur; parce qu’à la cité il est advenu ce qui de toute façon devait arriver, mais le vrai malheur a été de naître à ce moment où devait se produire un tel désasatre „(cité dans Panégyrique par G.Debord).

Notre monde tel qu’il existe aujourd’hui serait-il ce royaume mortel qui arrive à son terme ? Le pire n’est jamais sûr, mais il semble que l’humanité s’en rapproche, en tout cas que nous ayons décidé, consciemment et collectivement, de jouer avec le feu. Malgré tout, il y a toujours au moins autant de raisons d’espérer que de désespérer. Les secondes sont lourdes comme les destructions irrémédiables qu’elles engendrent, les premières sont légères, multiples et sont en train de se fédérer : mille expériences de toutes sortes, pacifiques, durables, solidaires, renouvelables, équitables, en un mot démocratiques, voient le jour à chaque seconde que le big bang fait.

Couleurs d’automne autour de la maison, et ailleurs.

 

28.11 : les primaires de la droite : une réussite éclatante, la preuve que la droite est capable de faire ce que la gauche a fait il y a 10 ans, et qui était raillé à l’époque, comme il y a 5 ans, par ceux qui aujourd’hui donnent des leçons et se proclament déjà la France de demain.    Ainsi la droite s’est-elle trouvé un champion présentable, tant mieux. Fillon, c’est celui qui remet l’église au centre du village ... C’est aussi la France qui souffre en loden, écrasée d’impôts, celle de la Manif pour tous, de Sens commun, mais aussi de la „f…. sphère“ pour accomplir les basses besognes (on se rappelle la campagne „Ali Juppé“ sur les réseaux sociaux, d’un très haut niveau moral). Pour ce qui est des promesses, qui ne constituent  pas un programme, elles se réfèrent furieusement à l’ultra libéralisme de l’école de Chicago des années 70, rappelez-vous, ceux que l’on appelait alors les chicago boys du M.I.T., et qui devinrent par la suite, comme Milton Friedman, les conseillers économiques du dictateur chilien Pinochet. Comparaison n’est pas raison, il n’empêche que l’on peut  avoir de la mémoire, et se souvenir que ce que le candidat propose ressemble comme 2 goutttes d’eau à ce qu’il n’a pas su faire en 5 années comme premier ministe (de qui?), et à ce que Hollande a commencé et n’achèvera probablement pas. Mais comme la gauche n’en finit pas de se délecter de sa déconfiture, où est l’alternative ? Hollande a pris la seule décision qui lui restait. Il n’est pas sûr que la droite ait fait le bon choix, alors qu’elle y allait dans un fauteuil avec Jupé. Malgré tous les enfumages qui ont suivi le choix de Fillon,, tout devient plus compliqué avec un candidat qui ne représente qu‘ un électorat accro à ses valeurs rétrogrades et à ses petits intérêts particuliers, ultra minoritaire. On pourra toujours rappeler à cet „héritier du gaullisme“ le texte admirable du général dans ses Mémoires de guerre et qui utilise une suite d’infinitif substantivés „Nationaliser le crédit pour permettre, … créer un vaste orrganisme de protection sociale incluant … afin que les plus défavorisés …, mener une politique audacieuse de grands investissements publics pour reconstruire nos infrastructures, développer …, aménager notre territoire  sous l’égide d’un grand ministère …“ ( je le retrouverai dans son intégralité ). Là aussi, rafraîchir la mémoire n’est peut-être pas inutile.

Et puis, la nouvelle de la chute d’Alep est arrivée. Tout avait commencé par une manifestation contre la torture d’adolescents par le régime, manifestation sauvagement réprimée qui avai marqué le début de la levée de tout un peuple contre la barbarie qui l’opprimait, et qui n’a fait que s’amplifier depuis. Plus de 300 000 morts plus tard …

Ces livres aussi font partie de mon actualité de l’automne:  quatre belles expériences.

2017 !

L’année nouvelle a été fêtée, et les vachers sont passés, jouant de leurs cloches.

L’hiver lui aussi est arrivé, couvrant d’un blanc manteau mon banc sous la neige.

Oies, jars et autres canards s’en donnentt à coeur joie et nous saluent.

140 000 sans abri dans notre pays, une „progression“ statistique de 50% en dix ans, donc incluant les deux derniers quinquenats, n’en déplaise à M.Fillon qui a décidément la mémoire courte et/ou nous prend pour des imbéciles : cette régression sociale sans précédent dans notre histoire récente a largement commencé avant Hollande. 20 à 30 000 enfants parmi ces sans abri, douze millions de personnes fragiliséess par la crise du logement, 43 millions qui ne mangent pas à leur faim dans l’Union Européenne, 3 à 4 millions de ménages français en surendettement énergétique, du fait de la mauvaise qualité des logements de banlieue et de l’adoption du tout électrique (qui s’est enrichi dans les années 50 avec la construction de grands ensembles qui ont remplacé les bidonvilles de la périphérie de la capitale ? Des amis portugais se souviennent d’avoir grandi à „cartonville“, aujourd’hui Nanterre). Les mêmes sans doute qui ont construit les centrales nucléaires aujourd’hui défaillantes parce que défectueuses, autant que ruineuses (et la situation de crise va probablement mener à une situation anarchique qui amènera bientôt à des coupures de courant, en France …). Crise du chauffage : 33 % des français ont eu froid en 2016, mal chauffés ou même pas chauffés du tout. „L’air passe sous les fenêtres“, cela me rappelle Sevran il y a 25 ans : des courants d’air qui se transforment en tempêtes artiques dans des appartements glaciaux, des factures d’électricité qui explosent, des milliers de ménages en surendettement du fait d’un habitat dégradé, les services publics déficients, transports, écoles, hôpitaux, l’insécurité, l’échec scolaire (150 ooo alors, „seulement“ 100 000 aujourd’hui jeunes quittent le système éducatif et de formation sans aucune qualification, une autre bombe à retardement), le développement de l’économie parallèle et la violence qui y est liée conjuguée à la profusion d’armes. Tout serait-il pourri au royaume de France ? Tout sauf les actions citoyennes qui pallient vaille que vaille et tant bien que mal les politiques défaillantes des pouvoirs publics menées depuis 5o ans. La société civile a pris le relais face à l’irresponsabilité des politiques, et c’est là que reposent les chances de la nouvelle génération.

En parallèle, un bon reportage sur la métamorphose de Malmö, la grande ville suédoise du sud : après le désastre économique des années 80 avec la fin des chantiers navals qui assuraient la propérité de la ville jusqu’alors, la réhabilitation du tissus urbain dans une recherche permanente de la qualité, le développement des énergies renouvelables en parallèle avec les nouvelles technologies, la création de nouveau pôles de formation appliquée, le renforcement volontarite des structures sociales et de santé, l’élargissement d’espaces verts, ont constitué autant de bassins d’emplois qui ont redonné des couleurs à la ville, et à son économie : le développement pour tous comme fin en soi, on n’est jamais mieux servi que par soi-même. La Scanie, cette province du sud de la Suède et sa capitale Malmö ont d’ailleurs souvent été le décor de nombreux livres de Hening Mankel, écrivain phare de cette nouvelle litérature suédoise, les polars sociologiques,  qui a propéré depuis.Et pourtout rien n’est parfait non plus au royaume de Suède.

Actualités, 17.01

J’ai noté le 11.01 dans le 20minuten local :

Mit Grundeinkommen in Finland : un revenu minimum qui s’élève quand même à presque 900 euros … Le voici, notre futur revenu universel, distribué à tous les 18-25 sans autre condition à remplir que celle de se former., 1200 euros charges comprises, point barre.

Washington : autonome Waffen entwickelt. Au secour, les drônes attaquent !

Los Angeles : ein über 1000 Jahre alter Baum vom Sturm entwurzelt. Malheur à celui qui assiste à la ruine … !

Englischer Mann ist schwanger : que dire à celles et ceux pour qui „un enfant, c’est une maman et un papa“, alors qu’ici, ce sont les deux en un …

Dutzende Tote bei Doppelanschlag in Kabul : oui, on n’en parle plus beaucoup, de ce pays et de ce qui s’y passe.

Diese mächtien Personen nehmen 2017 am WEF teil. Suivent les noms et photos de C.Lagarde, Xi Jinping, T.May en plus des boss des grandes boîtes internationales : bigre ! que vont-ils décider, que va-t-il encore nous arriver ?

WEF sieht Kluft zwischen Arm und Reich als grösstes Problem, dit le sous titre. Ouf ! Ils s’en sont aperçu, enfin ! Mais sur la même page, l’info se confirme : les 40 plus riches possèdent autant que les 50% plus pauvres, chez nous, 14 milliardaires autant que 40% des autres. Chiffres à vérifier, cela change tout le temps, nous en étions restés à 1% versus 80%. Le plus grand problème c’est que cela ne peut plus fonctionner ainsi, et met en péril la situation de ces très riches, effectivement. Le reste, les grands équilibres, la démocratie, et tout ce baratin, ils s’en fichent „bien pas mal“. Mais nous en France, nous sommes sauvés, car cette situation ne devrait pas perdurer avec notre très chrétien futur président – du moins lui le croit-il, ces amis un peu moins peut-être.

En Suisse, le chômage est passé de 3,3 à 3,5% de la population active, soit 0,2% d’augmentation, 1,6% pour les 15-24 ans : In Gesamtjahr 2016 waren im Schnitt rund 150 000 Menschen ohne Arbeit gewesen, ça chauffe dur dur, il y a presque le feu au lac !… Formation à hauteur de 80% par l’apprentissage qui ne laisse personne sur le bord de la route, intégration réussie, sentiment de sécurité partagé par 90% de la population, la démocratie, quoi !… Du moins une forme relativement bien élaborée, comme en Suède. Je continue ?

Alors passons au Canard du 11.01.

Page 3, l’acier français tricard chez Areva, le vilain feuilleton de la faillite tous azimuts de la filière nucléaire, fleuron de l’excellence française, qui va coûter … bonbon aux 4 ou 5 générations à venir, dans le moins pire des cas. On frémit de l’inconscience générale qui entoure cette cata annoncée. + Court circuit, pas encore sur le réseau, cela ne saurait tarder,mais au conseil d’administration d’EDF : on ne peut qu’admirer l’embrouille, ou l’on croît rêver ?

Page 4, quand Bercy aide les fraudeurs, ne vous gênez plus ! Le train train de la justice énerve les victimes de Brétigny, on le serait à moins, avec en prime toutes les obstructions à la justice de la SNCF et de l’état actionnaire…, on ne rêve plus!  À pôle emploi, la très longue vie des arnaques etc, etc. On comprend que la première tâche de tout président sera de nettoyer les écuries d’Augias, travail herculéen.

Et les britanniques entendent bien clairement sortir de l’union, mais avec tous les avantages possibles, tous ceux dont ils jouissaient déjà, sinon, menace de dumping fiscal tu parles Charles à la clé. On en reparlera.

J’avais gardé les numéros de l’automne, mais il y a trop de matière, et cela devient répétitif, les aventures du couple Balkany toujours souriant, toujours en post(s) nous narguant semaine après semaine de leur banane bronzée et liftée, les frasques dans le financement de campagnes électorales, les malfaçons qui se multiplient partout, jusque dans les fonctions régaliennes de l’état, le coup d’état permanent « remplacé » par le déni de démocratie permanent, les parois bien poreuses entre politique économie et médias : dans une telle abondance, il devient malaisé de choisir.

Le fat Fillon va remettre l’église au centre du village – et de la république ? Et après, comme dans l’histoire suisse *, que fera-t-il l’après midi ? Rétropédalage = enfumage, mais aussi pédalage dans choucroute. La droite la plus bête du monde est-elle de retour ? Ce serait dommage, après une telle démonstration de bonne volonté : que l’on ne s’y trompe pas, claironnait Copé au premier débat, le futur président est ici parmi nous ! On pourra quand même aller voter ?

* Le chef d’état major suisse réunit ses généraux. – Demain matin, on attaque la France. Fragen, questions ? – Oui chef, qu’est-ce qu’on fait demain après-midi ?

La primaire de la gauche se déroule dans la quasi indifférence générale, tant pis pour eux, ils semblent avoir manqué le train, et presque tout le reste.

Mais république n’est pas synonyme de démocratie, et encore moins la république confisquée. On a la république que l’on mérite et n’oublions pas que l’acte fondateur de la nôtre est la terreur et le génocide vendéen : « Il n’y a plus de Vendée, écrivait le général Westermann à la Convention en novembre 1793 après sa victoire de Savenay. J’ai écrasé les enfants sous les pieds de nos chevaux, massacré les femmes qui, au moins celles-là, n’enfanterons plus de brigands. Je n’ai pas un prisonnier à me reprocher. J’ai tout exterminé … Nous ne faisons pas de prisonniers, car il faudrait leur donner le pain de la liberté, et la pitié n’est pas révolutionnaire. » On peut lire aussi dans Pierre Sang Papier ou Cendre ce que décrit Maïssa Bey, ou encore Assia Djebar dans L’Amour, la Fantasia.

Le pourrissement durable, environnemental, sanitaire, inégalitaire est ce dont il faut d’urgence inverser la courbe et la première urgence est de rétablir la démocratie de manière systématique, systémique, fonctionnelle et appliquée à tous les aspects de la vie sociale : irriguer à la place d’arroser, c’est la grande leçon que nous donne le Sahel plongé dans une crise aiguë.

Irriguer en profondeur les territoires, à commencer par les infrastructures secondaires, voies ferrées et routes qui ont été abandonnées et laissées dans un quasi abandon criminel. Transports collectifs, réseau de communication et de transports des flux (eau, gaz, énergie, information et communication), équipements sociaux c’est à dire permettant la vie sociale dans les domaines de l’éducation, la santé, la formation, la prise ne charge des aînés. Alors on pourra développer le tissus économique local des PME, l’eau du bocal, à condition qu’on irrigue de micro crédit, crédit solidaire mutuel et concerté comme cela commence à se faire au niveau de certaines collectivités territoriales, crédit aux PME innovantes et aide à celle qui sont en difficulté, le plus souvent de trésoreries pour cause de défauts de paiement de leur clients mauvais payeurs, à commencer par l’état. Redéploiement des milliards consacrés à la formation vers ceux qui en ont le plus besoin.

Irriguer par l’énergie en refondant les circuits de distribution souvent obsolètes et inadaptés aux conditions locales (coupures de courant fréquentes …), en développant des unités de production locale adaptée aux besoins réels dans des technologies propres et efficientes (éoliennes, arbres à vent, petites centrales d’appoint, y compris nucléaire au sodium dont la technologie est disponible).

Irriguer la démocratie par l’introduction de la proportionnelle et le développement de la démocratie locale participative par le fait de la société civile, dans les domaine de la protection de ceux qui en ont besoin en priorité, actions solidaires, droit de vote des étrangers dans les élections locales

Réinventer la démocratie de manière durable en refondant la république en une république pérenne, équitable et solidaire, renouvelable dans une recherche permanente de qualité des rapports sociaux, une république qui soit la chose publique dans le débat permanent, c’est exactement ce vers quoi travaille – souvent bénévolement – la société civile qu’on devrait appeler citoyenne. C’est exactement ce à quoi s’opposent les partis politiques, ce qu’ils freinent des quatre fers au service qu’ils sont du lobbying en tous genres et des intérêts de la rente. Comment continuer encore un peu, un certain temps, comme disait justement un humoriste, à piller le monde et les peuples, il sera bien à temps … d’attendre encore un peu pour proposer un autre modèle le moment venu. Ce moment est venu depuis longtemps déjà, et il y a des gens qui ont le toupet d’oser préférer ne pas attendre et pensent qu’il y a urgence à se débarrasser de la pensée unique et de ses vices mortifères. Ce n’est pas un président qui réglera ce dilemme, par contre certains candidats en arc-boutant leur vision sur les valeurs du vieux système vont certainement contribuer à en accélérer le processus de décomposition, ce qui serait en soi positif dans un monde moins dangereux à tous les étages.

Le revenu universel unique pour les 18-23 ans (ou 25, il faut calculer), disons 900 euros nets d’impôts mais pas de charges, à tous sans distinction, mais sous condition incontournable de se former à une activité citoyenne et à un métier, pointage et contrôle à la clé, donc sanction, c’est à dire suppression si non respects des règles, laxisme verboten, et tout le monde à la même enseigne. C’est le système d’apprentissage en alternance suisse et suédois, allemand, rémunéré par les entreprises, étendus aux étudiants en tout genre . Quant au coût, on peut faire remarquer que 1- les 20% de TVA (45% de l’assiette de l’impôt en France reviennent dans les caisses de l’état et 2- 10% de ce salaire représentent des assurances sociales qui reviennent dans les caisses de la sécu. Et puis il faudra bien un jour s’arranger pour que les 80 milliards de manque à gagner de l’évasion – pardon ! De l’optimisation – fiscale reviennent un jour « vivir al païs » ou mieux : faire vivre le pays, non ? Ensuite il faut bien entendu proposer une véritable offre de formations performantes et accessibles comme cela fonctionne dans les pays où le chômage des jeunes n’est pas la calamité que nous connaissons en France.

Un vaste programme de construction de logements sociaux créant une vrai mixité apaisée, une identité heureuse dans la diversit é et de sa diversité.

Redonner à la Caisse des Dépôts sa pleine fonction d’origine au service des collectivités territoriales, et non instrument de spéculation au service des grandes entreprises.

Création de fonds salariaux de solidarité (qui existent déjà, quelque 100 milliards ), véritables interfaces entre le financier et le social.

Création d’un fond destiné à la transition énergétique, et un autre à la fermeture progressive, programmée et asumée des centrales nucléaires devenues obsolètes et donc dangeureuses, sortir de la faillite de cette soit disant excellence française, arrêter à tout prix le programme EPR qui en est la manifestation la plus avancée, du travail pour 50 annéess au moiins, plus de 1000 milliards à provisionner, en étant bien conscient qu’il sera impossible de sortir du nucléaire, piège dans lequel l’humanité es tombée.

et puis Macron, le petit garçon qui avait perdu sa maman dans la cour du Louvre, alias Jupiter, est arrivé, hé hé ! …

2018

Et 18 mois plus tard, affaire Benalla, et ensuite Gilets jaunes sur les ronds points : quelle réussite pour celui qui clamait vouloir renverser la table !

2019

Gilets Jaunes et élections européennes :

Et maintenant, oublions un temps l’U.E., sachant que telle qu’elle existe, ce qu’elle autorise et s’autorise (dérision suprême avec la comédie de brexit ET le scandale enfin révélé des arnaques en tout genre, dont le carroussel TVA) et qui n’est pas prêt de s’arranger, c’est précisément et complètement ce dont nous ne voulons pas, ce que nous refusons avec la dernière énergie. Comme Piketti et un certains nombre d’intellos, exigeons une Europe démocratique, sociale, solidaire, juste et s’attaquant aux racines des défis environnementaux planétaires, en commençant par se doter d’une constituante chargée dans les quelques mois suivant son élection d’écrire une constitution plaçant l’exigence démocratique au centre de son fonctionnement pour refonder l’union, dénonçant au préalable tous les traités : comme pour „un roccard sinon rien“, on s’en souvient, ce doit être le mot d’ordre de toutes celles et tous ceux qui voteront pour l’Europe dans 15 jours : ça sinon rien. En attendant, on peut déjà affirmer : and the winner is … Nigel !!!

Aujour’hui, c’est à dire le 7.5, l’immense arnaque dénoncée par un forum de journalistes, du caroussel de la TVA : d’une facilité enfantine, mode opératoire déjà testé avec l’arnaque à la taxe carbonne par le gang franco israëlien du Fbg du Temple, plus de 50 milliards par an, ils rigolent presque quand ils écrivent que le chiffre peut facilement être multiplié par 4 ou 5. Milliards qui alimentent directement l’économie parallèle des mafias omniprésentes, what else, toujours selon le groupe de journalistes. La messe est dite : on sait maintenant qui sont les patrons des junker, macron et autres merkel. La seule alternative qui nous reste est bien de sortir de l’union telle qu’elle existe, de dénoncer tous les traités, et de rebâtir avec ceux qui le souhaitent sur la base d’une démocratie européenne telle qu’elle est esquissée dans le projet ci-dessus. Si l’Europe ne se transforme pas de fond en comble sur cette base, et pas question de réformer ce qui est irréformable, elle ne sera pas capable de prendre la tête de la révolution citoyenne, solidaire et environnementale dont le monde a besoin. C’est cela ou rien, ce rien désignant l’anéantissement de ce monde tel que nous le connaissons. La seule question qui vaille d’être posée : sommes-nous prêts à laisser ce monde tel qu’il est dans cet état de décomposition et de dangerosité à nos ayant droit ?

Au nom même de la démocratie seule capable de sauver ce qui reste à sauver, le genre humain sera solidairement international ou ne sera pas. C’est précisément l’humain que la démocratie est seule capable de placer au centre du projet ultime, et il s’agit pour nous d’aider de toutes nos forces nos enfants à tout faire pour sauver ce monde de la destruction, et il n’y a pas une seconde à perdre à tergiverser sur le goût de la sauce à laquelle les fous de bruxelle et ceux qui les emploient entendent nous manger, il est peut-être déjà too late.